12 novembre 2005

[preview] Svizzera - Turchia

Tra gli spareggi di oggi è questo quello che più ci incuriosisce. Peccato sia contemporaneo ad Australia - Uruguay: attenderemo gli aggiornamenti via cellulare di Stefano Olivari che è già pronto col frittatone ( come noi) per il match dei canguri. Crediamo però che rinunciare a vedere all'opera Tranquillo Barnetta, straordinario talento rossocrociato, è un delitto. Stasera dovrebbe giocare a sinistra per la squalifica di Wicky (brutto fardello) e lasciare la fascia destra a Valon Behrami, talento fisico e mentale sottovalutatissimo (è anche lui un '85).
La Svizzera sarebbe già intenta a prenotare il viaggio tedesco se Frei non si fosse divorato l'impossibile a Lansdowne Road, nell'ultima partita del girone, anche se Given ha dimostrato una volta di più, senza squilli di tromba di tanti addetti ai lavori, che nella ristrettissima élite dei numeri 1 c'è pure lui. Grande qualità, la Svizzera difetta in zona gol e non è sicurissima di Zuberbühler. Su "Le Temps" di ieri, condividendo le nostre perplessità, chiedevano a Marco Pascolo (ha lasciato ricordi anche in Sardegna) e a Christophe Bonvin (ex Xamax e Servette) di inviare qualche suggerimento ai due punti interrogativi del team. Ecco i due trattati. Pascolo:"Avec l'expérience qu'il a emmagasinée, Zuberbühler ne sera pas troublé par les critiques. Il a l'habitude. Il sait. En un arrêt, un gardien a le pouvoir de retourner toute l'opinion publique. Y parvenir est l'apanage des tout grands. Seuls les meilleurs ont la faculté de réagir sans tarder, de réaffirmer leur présence, de se soustraire à un environnement défavorable. Ce n'est pas toujours facile, mais les événements comme Suisse - Turquie, avec l'attention de tout un pays, sont des stimulants inestimables." Bonvin:"Les buteurs types, attachés à cette seule fonction ou presque, sont rares. Pour eux, la pression est forte parce que, quand ils ne marquent pas, ils ne font pas leur boulot. Du moins s'en persuadent-ils.Alors, ils commencent à réfléchir, mais le jeu ne leur en laisse pas la possibilité. Pour surmonter un passage à vide, le meilleur moyen est de se réfugier dans le travail, d'augmenter sa contribution aux tâches collectives; même si personne n'est dupe: ce n'est pas la fonction première d'un buteur...Ce type d'attaquant obéit beaucoup à son instinct. Une carrière l'amène à traverser des périodes d'état de grâce, où il marquerait les yeux bandés, et d'autres où rien ne va. Moi, j'ai toujours douté. Du début à la fin. Mais je n'ai jamais perdu l'envie. On ne devient pas attaquant, on l'est depuis tout gosse; parce qu'on aime rôder dans ce petit carré, parce qu'on ressent une folle attirance pour le but, les filets qui gonflent sous l'impact du ballon, les clameurs de la foule. Maintenant, Alex Frei doit tout oublier et s'imprégner du caractère événementiel de la soirée. Personne ne lui réapprendra à marquer. Il sait le faire. En outre, les buteurs ont le privilège de pouvoir réaliser une performance abominable, mais de polariser tous les éloges en un coup de patte. Que Frei se souvienne de Suisse-Chypre, où il avait inscrit le 1-0 dans les dernières minutes, au terme d'une action irrationnelle, comme surgie du néant...»

Questi gli schieramenti previsti stasera a Berna.

Svizzera: Zuberbühler; Ph. Degen, Müller, Senderos, Magnin; Behrami, Vogel, Cabanas, Barnetta; Frei, Streller. Coach: Köbi Kuhn.

Turchia: Volkan; Akyel, Alpay, Toraman, Özat; Selcuk Sahin; Okan, Tümer, Cimsir; Halil Altintop, Sükür. Coach: Fatih Terim.

Nessun commento:

Sociable